L’exode immobile des prairies – Poésie Spatialisée

DSC_0033À partir de monologues extraits de plusieurs pièces de théâtre de Guillaume Perrot, le spectacle se propose de créer une forme immersive et musicale. Le travail sur le timbre, la spatialisation du son et le découpage de la narration sont à même de révéler la poésie sonore caractéristique de l’oeuvre de l’auteur dramatique.

Il est également le fruit d’une longue collaboration entre le compositeur et les musiciens-luthiers du Spat’Sonore, instrument acoustique dérivé de la famille des cuivres à l’initiative de Nicolas Chedmail et permettant de faire circuler des sons inouïs autour du public.

Composition, conception : Roméo Monteiro | Textes : Guillaume Perrot | Scénographie : Tom Huet | Voix : Sarah Taradach | Spat’Sonore : Nicolas Chedmail, Philippe Bord, Patrick Wibart | Harpes : Laure Beretti | Son : Ananda Cherer

Peer Gynt – Compagnie Irina Brook

hires-Peer_Gynt_reh_205 D’après Henrik Ibsen | Adaptation et mise en scène Irina Brook | Poèmes Sam Shepard | Chansons Iggy Pop

“ Peer Gynt reste pour tous, mais surtout pour lui-même, une énigme insoluble. Lors de la relecture du texte d’Ibsen, je retrouve ma première impulsion et je fais donc de Peer Gynt un jeune musicien-chanteur, qui réussit à quitter son village natal, laissant tout le monde sur son chemin pour devenir une star, un rocker dans la lignée d’Iggy Pop, dans un univers théâtral imaginaire, une sorte de downtown new-yorkais. J’ai rassemblé une distribution multiculturelle et pluridisciplinaire : acteurs, danseurs, chanteurs, musiciens. La danseuse indienne Shantala Shivalingappa joue la fidèle Solveig. Le plus grand des comédiens islandais, Ingvar Sigurðsson, incarne Peer Gynt. Un groupe de musiciens constitue la base de la narration, accompagnant de nouveaux textes et poèmes de Sam Shepard écrits à l’occasion pour les monologues de Peer. Iggy Pop a contribué à cette aventure en composant deux nouvelles chansons pour le spectacle. Le chef-d’oeuvre d’Ibsen offre une richesse théâtrale unique. Il me permet de partager avec vous non seulement l’un des plus grands classiques du répertoire, mais aussi une histoire accessible à tous, un questionnement philosophique et existentiel, sous la forme d’un conte de fées intemporel. ” Irina Brook

website : http://www.tnn.fr/fr/spectacles/saison-2014-2015/Peer-Gynt

Dans l’ombre de Norman McLaren (Spectacle Ciné-concert)

NORMAN MCLAREN

Ce spectacle est né du désir du Trio de Bubar de créer une véritable rencontre entre un univers sonore – le sien – et l’image animée – celle de Norman McLaren. Cet inventeur visionnaire a tout de suite inspiré les musiciens. Le détournement de l’image, propre à l’esthétique de McLaren, trouve immédiatement un écho dans leur démarche : détournement des objets, invention de formes singulières, capacité d’autodérision derrière  une grande maîtrise technique.

La cursivité du dessin animée constitue également une forme de partition pour les musiciens qui composent à partir de la rythmicité des images. Ce rythme est comme une trame secrète mise à jour par les percussionnistes. Différents univers, comme autant de petits mondes, ressortent de ce spectacle en passant de l’ambiance géométrique de Lignes horizontales, au surnaturel de A phantasy  pour finir sur les scènes burlesques de Voisins.

Les images de Mc Laren se donnent à nouveau à entendre à travers la composition sonore et inouïe du Trio de Bubar.  La poésie et l’humour sont au service d’une virtuosité évidente mais discrète.

Chiaroscuro (Concert-spectacle)

Chiaroscuro est une pièce pour un rideau et quatre côtés.

Spectacle manifeste de l’esthétique bubaresque, les objets y sont mis en scène à travers une structure scénique particulière : la cage. Ce dispositif permet d’apprécier progressivement l’intimité des objets, dans un parcours qui va des balbutiements de l’enfance à l’expression assurée du geste musical. L’instrumentarium met en jeu de nombreux jouets d’enfants qui parlent à la mémoire de chacun, petits ou grands…

UN CLAIR-OBSCUR ANIMÉ

Cette volonté de donner à entendre par le regard a orienté la scénographie vers une structure mobile qui présente plusieurs possibilités scéniques : les quatre faces d’un cube ainsi que l’espace qui l’environne. La structure occupe la scène en créant deux espaces : un espace intérieur et un espace extérieur.

Les différents moments musicaux sont organisés autour du changement de cadre par rotation dans l’espace scénique qui devient dès lors une zone de jeu aménagée avec des stands d’instruments suspendus.