Madhura Sopnam (Concert-spectacle FR)

RÊVES SUCRÉS

Né à l’issue du voyage d’études de Roméo au Kerala, le projet Madhura Sopnam est la rencontre improbable entre cinq grands artistes originaires de Cochin (musiciens carnatiques et de Kathakali) et les Emeudroïdes.
D’un côté, le raffinement mélodique du raga, la sophistication et l’inventivité des figures rythmiques, la vigueur de l’improvisation, l’inscription respectueuse dans une tradition. De l’autre, un jazz qui couche à toutes les auberges (bonnes et mauvaises adresses), mange à tous les rateliers (musique contemporaine et électroacoustique, improvisation, écriture, bruitisme, modalité, pop), vorace et pilleur, bien décidé à tout posséder et aussitôt tout jeter, beurre, eau du bain, argent, bébé. Où la mémoire est vive, ingrate et à seul accès aléatoire. Alors Madhura Sopnam ? Mariage blanc, mariage contre nature ou union libre ?

plus d’infos : http://www.emeudroides.com

Advertisements

Emeudroïdes Quintet (FR)

Est-ce, comme le suggère la participation du contrebassiste Jérémy Bruyère, le plus jazz des projets des Emeudroïdes?

Projet né d’une collaboration avec le label Neos-Jazz, et bien que flirtant avec l’appellation, les Emeudroïdes restent adaptés aux environnements les plus opposés. Ils transitent dans les espaces lisses, quasi désertiques de l’électroacoustique, mais savent aussi se faufiler dans le quadrillage urbain des rythmes les plus resserrés.

L’émeudroïde y est individu non pas tant parce qu’il est seul, mais parce qu’il est unique, se distingue radicalement des autres membres de l’espèce. L’individu n’est jamais « seul », en vérité. Tissé de multiplicité, il ne cesse pas d’être en soi un collectif, comme le démontre éloquemment chacune des compositions attribuées à un des membres.
Individu et collectif, aphasique et dialecticien, nomade et sédentaire, sauvage et sophistiqué, l’émeudroïde lance comme le sophiste un défi renouvelé au principe de contradiction. Mais c’est là que s’arrête la parenté avec la sophistique. La sophistique est un art de la surface, l’émeu sapiens, lui, est un animal des profondeurs.

EMUPO concert with NY guests (Audio Excerpt + Photos)

IMPROTECH NEW-YORK 2012 : IMPROVISATION & TECHNOLOGY

Live improvisation with the EMUPO system and guests at the Computer Music Center of Columbia, New-York (May 18th, 2012).
Performers : Joris Ruhl, Clément Canonne & Roméo Monteiro (EMUPO interactive system), Sean Ali (double bass), Jérémy Bruyère (double bass), Carlo Costa (percussions), Joe Hertenstein (percussions).

Extract of a concert following the workshop given at the Columbia university and many other events organized by the ImproTech Team, dedicated to the exploration of the links between musical improvisation and digital technologies.

more info : http://repmus.ircam.fr/improtechpny

“Villeuses Volutes” – Les Émeudroïdes (Audio Excerpt)

2 extraits de Villeuses Volutes écrite pour le disque éponyme des Émeudroïdes, paru sous le label Neos (2008).
Composition : Roméo Monteiro | Interprètes : Roméo Monteiro, Jérémy Bruyère, Nicolas Nageotte, Clément Canonne, Joris Rühl | Mixage, prise de son : Ananda Cherer

Les Émeudroïdes – Neos Music

Premier disque d’une série à paraitre sous le label Neos-Music.

“ L’Emeudroïde paraît adapté aux environnements les plus opposés. Il transite dans les espaces lisses, quasi désertiques de l’électroacoustique (L’homme chaussure), mais sait aussi se faufiler dans le quadrillage urbain des rythmes les plus resserrés (Volutes Villeuses). Son langage, capable d’une limpide articulation contrapuntique (Squirrel 27) peut aussi bien se dissiper dans le pur souffle (Chips), ou se désagréger dans le cri (Volutes).

La multiplicité des timbres audibles et des formes identifiables suggère que l’Emeudroïde est un animal voyageur.[…] ” Liner notes PSG

Les Émeudroïdes – Madhura Sopnam (Label En Jeux)

Réveil à Cochin. Les corneilles grincent, les ventilateurs ventilent, le muezzin muezze, des postes de télé crachent la redoutable bande-son de quelque émission musicale, une foultitude de choses bruyantes bruite. L’Inde bruite, olfacte, moitifie, pète aux yeux et à la bouche et plus car affinités. L’émeu, couineur extravag(iss)ant prêt à bondir, s’ébat tout à son aise dans ce remue-méninges stimulant. Il y éructe, borborise, gargarise, barbarise.