Spat’Percu (FR)

DSC04806cropReduc
Instrument hybride conçu pour intégrer l’effectif du Spat’Sonore, il rassemble des membranes, des ressorts ou des clapets autour d’un bloc de pistons de tuba. Ceux-ci, actionnés à distance par des pédales reliées avec des câbles, redirigent le son produit dans différents pavillons répartis dans l’espace…

Advertisements

L’Emupo (EN)

COMPUTER-AIDED IMPROVISATION

Emupo is a software interface developed in Max/MSP for musical improvisation. The reference of the title to a famous literary group comes, in part, from a tongue-in-cheek identification to the description that Raymond Queneau famously gave of himself, “we are rats that build our own labyrinth to escape from”. The principle particularities of this interface are:

– The continual production of sounds. This flux of sound events generated by the computer place the user in a musical attitude at the opposite extreme of that of the musician. The user finds it impossible to make a sound, they must think in terms of modeling musical material. This is carried out by controlling the acoustic and musical parameters such as timbre, pitch, and the temporal organization.

– The collective production of a unique improvised speech. Emupo is controlled by several users. However, it creates only one musical speech. Interactions (a very important concept in improvisation) among ‘Emupotists’ are therefore very different from those found in traditional improvisations. Here, the interaction is not between autonomous musical speeches, but between different parameters of a single speech and therefore of the same sounds.

– The introduction of the accident in the computer’s behavior With the possibility of lowering the predictability of the computer’s choices for the majority of the parameters, users are exposed to impromptu suggestions by the computer that could create an additional group member with whom to interact.

– The creation of a sound bank of instrumental sounds recorded by the musicians. This sound bank can be seen as Emupo’s raw material. We have decided to fill this sound bank with sounds from instruments we play elsewhere with this group. Basically, we perform in concert in the double role of Emupo users and musicians. The proximity of the timbre of the speech produced by Emupo and the instrumental speeches is essential making this second level of interaction apparent.

Concept : Les Émeudroïdes | Programmation : Roméo Monteiro

more info : http://www.emeudroides.com

Petites Formes (Concert-spectacle FR)

CARTE BLANCHE

Si la recherche musicale du XXème siècle a tenté une révolution des langages, elle a aussi transformé le rapport du percussionniste à l’instrument et permis une réflexion sur la forme. Aussi, des aphorismes de Webern aux tableaux des surréalistes, la volonté de réduire la forme a ouvert la voie à la recherche d’une efficacité poétique nouvelle. Les percussions “d’aujourd’hui” offrent au musicien comme au compositeur un éventail des possibilités sonores dont ils s’étaient vus privés jusqu’alors: traitement du son par l’électronique, création d’un nouvel instrumentarium, prise en compte du rôle scénique et du geste dramaturgique de l’instrumentiste.

Ce choix du Trio de Bubar de construire un spectacle modulaire, composé de différentes pièces – de “petites formes”- répond à un désir profond de mettre en jeu cette évolution du rôle des percussions dans la musique. Des instruments classiques comme des jouets et des objets du quotidien seront ainsi utilisés (comme dans Traffic, de Gérard Pesson) ; des instruments électroniques comme le thérémine ainsi que le traitement sonore seront sollicités (dans Toucher, de Vincent-Raphaël Carinola, notamment). Enfin, il a semblé important de faire la part belle aux percussions traditionnelles, source d’inspiration première aujourd’hui pour les compositeurs comme pour les membres du Trio (Alternatives pièce pour cymbalum, et Rossinante pour trois zarbs).

Madhura Sopnam (Concert-spectacle FR)

RÊVES SUCRÉS

Né à l’issue du voyage d’études de Roméo au Kerala, le projet Madhura Sopnam est la rencontre improbable entre cinq grands artistes originaires de Cochin (musiciens carnatiques et de Kathakali) et les Emeudroïdes.
D’un côté, le raffinement mélodique du raga, la sophistication et l’inventivité des figures rythmiques, la vigueur de l’improvisation, l’inscription respectueuse dans une tradition. De l’autre, un jazz qui couche à toutes les auberges (bonnes et mauvaises adresses), mange à tous les rateliers (musique contemporaine et électroacoustique, improvisation, écriture, bruitisme, modalité, pop), vorace et pilleur, bien décidé à tout posséder et aussitôt tout jeter, beurre, eau du bain, argent, bébé. Où la mémoire est vive, ingrate et à seul accès aléatoire. Alors Madhura Sopnam ? Mariage blanc, mariage contre nature ou union libre ?

plus d’infos : http://www.emeudroides.com

Emeudroïdes Quintet (FR)

Est-ce, comme le suggère la participation du contrebassiste Jérémy Bruyère, le plus jazz des projets des Emeudroïdes?

Projet né d’une collaboration avec le label Neos-Jazz, et bien que flirtant avec l’appellation, les Emeudroïdes restent adaptés aux environnements les plus opposés. Ils transitent dans les espaces lisses, quasi désertiques de l’électroacoustique, mais savent aussi se faufiler dans le quadrillage urbain des rythmes les plus resserrés.

L’émeudroïde y est individu non pas tant parce qu’il est seul, mais parce qu’il est unique, se distingue radicalement des autres membres de l’espèce. L’individu n’est jamais « seul », en vérité. Tissé de multiplicité, il ne cesse pas d’être en soi un collectif, comme le démontre éloquemment chacune des compositions attribuées à un des membres.
Individu et collectif, aphasique et dialecticien, nomade et sédentaire, sauvage et sophistiqué, l’émeudroïde lance comme le sophiste un défi renouvelé au principe de contradiction. Mais c’est là que s’arrête la parenté avec la sophistique. La sophistique est un art de la surface, l’émeu sapiens, lui, est un animal des profondeurs.

L’Emupo (FR)

ÉMULSEUR DE MUSIQUES POTENTIELLES

L’Emupo est la dernière dégénération cyber-naïve des Emeudroïdes.

Interface logicielle développée dans Max/Msp et destinée à l’extension électroacoustique d’une improvisation musicale, elle a été conçue et réalisée dans les ateliers de Sonus (CNSMD de Lyon), au Grame (Centre National de Création Musicale) et dans le repaire de Pierre Scise.

La référence du titre au célèbre groupe littéraire provient en partie d’une identification amusée à cette autodéfinition que l’on prête à Raymond Queneau : “nous sommes des rats qui construisent eux-mêmes le labyrinthe dont ils se proposent de sortir”.

Véritable émulseur de musiques potentielles, l’Emupo peut tout : plate-forme technoïde qui va faire pâlir le dance-floor, réserve naturelle de bande-sons animalières, gisement off-shore de pépites sérielles ou terreau propice à la manifestation de tubes eurovisionnaires.

Conception & Réalisation : Les Émeudroïdes / Programmation : Roméo Monteiro

plus d’infos : http://www.emeudroides.com

EMUPO concert with NY guests (Audio Excerpt + Photos)

IMPROTECH NEW-YORK 2012 : IMPROVISATION & TECHNOLOGY

Live improvisation with the EMUPO system and guests at the Computer Music Center of Columbia, New-York (May 18th, 2012).
Performers : Joris Ruhl, Clément Canonne & Roméo Monteiro (EMUPO interactive system), Sean Ali (double bass), Jérémy Bruyère (double bass), Carlo Costa (percussions), Joe Hertenstein (percussions).

Extract of a concert following the workshop given at the Columbia university and many other events organized by the ImproTech Team, dedicated to the exploration of the links between musical improvisation and digital technologies.

more info : http://repmus.ircam.fr/improtechpny

Bubaropolis – Espace Tonkin Residence (Photo Gallery)